Porsche Top 5 : cinq moteurs à refroidissement par air ayant une histoire

Les amateurs apprécieront particulièrement le quatrième épisode de la série «Porsche Top 5». Le conducteur d’usine, Patrick Long, présente cinq moteurs à refroidissement par air qui revêtent une importance historique particulière pour Porsche.

Recevez la newsletter sur l’actualité Porsche

  • Les dernières infos et vidéos
  • Les dernières ventes aux enchères
  • L’évolution des prix de l’occasion
  • La vie des clubs Porsche

Patrick Long a initié la rencontre « à air ». Un rendez-vous décontracté dans le centre-ville de Los Angeles, avec le nom du programme: refroidi par air, les modèles historiques formant la toile de fond.

Dans le dernier épisode de la série Top 5, il présente le «Top 5» des Porsche à refroidissement par air.

Il commence avec une Porsche 356 B GS Carrera GT.

Le 356 a été lancé en 1960 et comportait une technologie innovante. Ses parties flexibles en aluminium ne sont qu’un exemple. Sa direction de sécurité et son amortisseur hydraulique ont également été révolutionnaires, tout comme son refroidissement optimisé des freins.

Les différents rapports de démultiplication étaient également nouveaux.

À partir de 1955, tous les véhicules équipés d’un moteur de course ont reçu le nom supplémentaire «Carrera».

Avec la Porsche 804 Formule 1, Long rend hommage à l’un des grands noms du sport automobile: le défunt Dan Gurney.

Avec la 804 Formule 1, Gurney et Porsche ont prouvé qu’une victoire en Formule 1 n’était pas inaccessible. En 1962, il remporte le «Grand Prix de France» à Rouen sur une Porsche 804 à huit cylindres.

Une semaine plus tard, Gurney a triomphé sur le circuit Solitude près de Stuttgart avec une victoire du début à la fin, permettant à la Porsche Type 804 refroidie par air de remporter une double victoire devant son public, avec son coéquipier Joakim Bonnier .

Le numéro trois du classement marque le dernier chapitre de l’ère du refroidissement par air: la Porsche 993 Turbo S 3.6.

Sa performance est remarquable : produisant 450 ch, elle accélère de 0 à 100 km / h en seulement 4,5 secondes.

En deuxième place, nous voyons une étape importante pour les efforts de sport automobile chez Porsche.

Le huit cylindres opposés horizontalement de la Porsche 908/3 Spyder est le résultat d’un grand nombre de tests sur piste.

Pesant seulement 545 kilogrammes, le Spyder a poussé la construction légère à l’extrême. Son corps en plastique renforcé de mousse ne pesait que douze kilos incroyablement légers. Le conducteur et le moteur ont été placés plus en avant pour améliorer la répartition du poids.

L’équipe de l’usine n’a concouru que quatre fois dans la 908/3 Spyder, mais a remporté trois victoires, notamment lors de ses débuts en 1970 à la Targa Florio en Sicile, avec Jo Siffert et Brian Redman au volant.

Le numéro 1 vient d’une époque où Patrick Long aurait probablement préféré être un pilote de course actif. La Porsche 917 LH (longue traîne) ne se targue pas seulement d’une silhouette distincte, mais aussi d’un moteur à cylindres opposés horizontalement de 4,9 litres et de 600 ch – refroidi à l’air, bien sûr.

Jamais auparavant personne n’avait parcouru le circuit du Mans aussi rapidement que Kurt Ahrens dans la longue queue de 917. Le 11 juin 1970, il réalise le meilleur temps en essais techniques, jetant ainsi les bases de la première victoire de la Porsche au Mans.